IV-4 Modulequatrepremièrepartie

  1. «EN QUOI CONSISTE LA DEVOTION A MARIE»

[A. VERITES FONDAMENTALES
DE LA DEVOTION A LA SAINTE VIERGE
]

  1. Ayant jusqu’ici dit quelque chose de la nécessité que nous avons de la dévotion à la Très Sainte Vierge, il faut dire en quoi consiste cette dévotion; ce que je ferai, Dieu aidant, après que j’aurai présupposé quelques vérités fondamentales, qui donneront jour à cette grande et solide dévotion que je veux découvrir.

[«Jésus-Christ est la fin dernière de toutes nos dévotions»]

  1. Première vérité. – Jésus-Christ notre Sauveur, vrai Dieu et vrai homme, doit être la fin dernière de toutes nos autres dévotions: autrement elles seraient fausses et trompeuses. Jésus-Christ est l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin de toutes choses. Nous ne travaillons, comme dit l’Apôtre, que pour rendre tout homme parfait en Jésus-Christ, parce que c’est en lui seul qu’habite[nt] toute la plénitude de la Divinité et toutes les autres plénitudes de grâces, de vertus et de perfections; parce que c’est en lui seul que nous avons été bénis de toute bénédiction spirituelle; parce qu’il est notre unique maître qui doit nous enseigner, notre unique Seigneur de qui nous devons dépendre, notre unique chef auquel nous devons être unis, notre unique modèle auquel nous devons nous conformer, notre unique pasteur qui doit nous nourrir, notre unique voie qui doit nous conduire, notre unique vérité que nous devons croire, notre unique vie qui doit nous vivifier, et notre unique tout en toutes choses qui doit nous suffire. Il n’a point été donné d’autre nom sous le ciel, que le nom de Jésus, par lequel nous devions être sauvés. Dieu ne nous a point mis d’autre fondement de notre salut, de notre perfection et de notre gloire, que Jésus-Christ: tout édifice qui n’est pas posé sur cette pierre ferme est fondé sur le sable mouvant et tombera infailliblement tôt ou tard. Tout fidèle qui n’est pas uni à lui comme une branche au cep de la vigne, tombera, séchera et ne sera propre qu’à être jeté au feu. Si nous sommes en Jésus-Christ et Jésus-Christ en nous, nous n’avons point de damnation à craindre: ni les anges des cieux, ni les hommes de la terre, ni les démons des enfers, ni aucune autre créature ne nous peut nuire, parce qu’elle ne nous peut séparer de la charité de Dieu qui est en Jésus-Christ. Par Jésus-Christ, avec Jésus-Christ, en Jésus-Christ,  nous pouvons toutes choses: rendre tout honneur et toute gloire au Père, en l’unité du Saint-Esprit; nous rendre parfaits et être à notre prochain une bonne odeur de vie éternelle.
  2. Si donc nous établissons la solide dévotion de la Très Sainte Vierge, ce n’est que pour établir plus parfaitement celle de Jésus-Christ, ce n’est que pour donner un moyen aisé et assuré pour trouver Jésus-Christ. Si la dévotion à la Sainte Vierge éloignait de Jésus-Christ, il faudrait la rejeter comme une illusion du diable; mais tant s’en faut qu’au contraire, comme j’ai déjà fait voir et ferai voir encore ci-après: cette dévotion ne nous est nécessaire que pour trouver Jésus-Christ parfaitement et l’aimer tendrement et le servir fidèlement.
  3. Je me tourne ici un moment vers vous, ô mon aimable Jésus, pour me plaindre amoureusement à votre divine Majesté de ce que la plupart des chrétiens, même des plus savants, ne savent pas la liaison nécessaire, qui est entre vous et votre sainte Mère. Vous êtes, Seigneur, toujours avec Marie, et Marie est toujours avec vous et ne peut être sans vous: autrement elle cesserait d’être de qu’elle est; elle est tellement transformée en vous par la grâce qu’elle ne vit plus, qu’elle n’est plus; c’est vous seul, mon Jésus, qui vivez et régnez en elle, plus parfaitement qu’en tous les anges et les bienheureux. Ah! si on connaissait la gloire et l’amour que vous recevez en cette admirable créature, on aurait de vous et d’elle bien d’autres sentiments qu’on n’a pas. Elle [vous] est si intimement liée, qu’on séparerait plutôt la lumière du soleil, la chaleur du feu; je dis plus,  on séparerait plutôt tous les anges et les saints de vous, que la divine Marie: parce qu’elle vous aime plus ardemment et vous glorifie plus parfaitement que toutes vos autres créatures ensemble.
  4. Après cela, mon aimable Maître, n’est-ce pas une chose étonnante et pitoyable de voir l’ignorance et les ténèbres de tous les hommes d’ici-bas à l’égard de votre sainte Mère? Je ne parle pas tant des idolâtres et païens, qui, ne vous connaissant pas, n’ont garde de la connaître; je ne parle même pas des hérétiques et des schismatiques, qui n’ont garde d’être dévots à votre sainte Mère, s’étant séparés de vous et votre sainte Eglise; mais je parle des chrétiens catholiques, et même des docteurs parmi les catholiques, qui faisant profession d’enseigner aux autres les vérités, ne vous connaissent pas, ni votre sainte Mère, si ce n’est d’une manière spéculative, sèche, stérile et indifférente. Ces messieurs ne parlent que rarement de votre sainte Mère et de la dévotion qu’on lui doit avoir parce qu’ils craignent, disent-ils, qu’on en abuse, qu’on ne vous fasse injure en honorant trop votre sainte Mère. S’ils voient ou entendent quelque dévot à la Sainte Vierge parler souvent de la dévotion à cette bonne Mère, d’une manière tendre, forte et persuasive, comme d’un moyen assuré sans illusion, d’un chemin court sans danger, d’une voie immaculée sans imperfections, et d’un secret merveilleux pour vous trouver et vous aimer parfaitement, ils se récrient contre lui, et lui donnent mille fausses raisons pour lui prouver qu’il ne faut pas tant parler de la Sainte Vierge, qu’il y a beaucoup d’abus en cette dévotion, et qu’il faut s’appliquer à les détruire, et à parler de vous plutôt qu’à porter les peuples à la dévotion à la Sainte Vierge qu’ils aiment déjà assez. On les entend parfois parler de la dévotion à votre sainte Mère, non pas pour l’établir et la persuader, mais pour en détruire les abus qu’on en fait, tandis que ces messieurs sont sans piété et sans dévotion tendre pour vous, parce qu’ils n’en ont pas pour Marie, regardant le Rosaire, le  Scapulaire, le Chapelet, comme des dévotions de femmelettes, propres aux ignorants, sans lesquels on peut se sauver; et s’il tombe en leurs mains quelque dévot à la Sainte Vierge, qui récite son chapelet ou ait quelque autre pratique de dévotion envers elle, ils lui changeront bientôt l’esprit et  le cœur: au lieu du chapelet, ils lui conseilleront de dire les sept psaumes; au lieu de la dévotion à la Sainte Vierge, ils lui conseilleront la dévotion à Jésus-Christ. O mon aimable Jésus, ces gens ont-il votre esprit? Vous font-ils plaisir d’en agir de même? Est-ce vous plaire que de ne pas faire tous ses efforts pour plaire à votre Mère, de peur de vous déplaire? La dévotion à votre sainte Mère empêche-t-elle la vôtre? Est-ce qu’elle s’attribue l’honneur qu’on lui rend? Est-ce qu’elle fait bande à part? Est-elle une  étrangère qui n’a aucune liaison avec vous? Est-ce se séparer  ou s’éloigner de votre amour que de se donner à elle et de  l’aimer?
  5. Cependant, mon aimable Maître, la plupart des savants, pour punition de leur orgueil, n’éloigneraient pas plus de la dévotion à votre sainte Mère, et n’en donneraient pas plus d’indifférence, que si tout ce que je viens de dire était vrai. Gardez-moi, Seigneur, gardez-moi de leurs sentiments et leurs pratiques et me donnez quelque part aux sentiments de reconnaissance, d’estime, de respect et d’amour que vous avez à l’égard de votre sainte Mère, afin que je vous aime et glorifie d’autant plus que je vous imiterai et suivrai de plus près.
  6. Comme si jusqu’ici je n’avais encore rien dit en l’honneur de votre sainte Mère, faites-moi la grâce de la louer dignement: Fac me digne tuam Matrem collaudare, malgré tous mes ennemis, qui sont les vôtres, et que je leur dise hautement avec les saints: Non praesumat aliquis Deum se habere propitium qui benedictam Matrem offensam habuerit: Que celui-là ne présume pas recevoir la miséricorde de Dieu, qui offense sa sainte Mère.
  7. Pour obtenir de votre miséricorde une véritable dévotion à votre sainte Mère, et pour l’inspirer à toute la terre, faites que je vous aime ardemment, et recevez pour cela la prière embrasée que je vous fais avec saint Augustin et vos véritables amis (tom. 9, operum meditat.): “Tu es Christus, pater meus sanctus, Deux meus pius, rex meus magnus, pastor meus bonus, magister meus unus, adjutor meus optimus, dilectus meus pulcherrimus, panis meus vivus, sacerdos meus in aeternum, dux meus ad patriam, lux mea vera, dulcedo mea sancta, via mea recta, sapientia mea praeclara, simplicitas mea pura, concordia mea pacifica, custodia mea tota, portio mea bona, salus mea sempiterna… “Christe Jesu, amabilis Domine, cur amavi, quare concupivi in omni vita mea quidquam praeter te Jesum Deum meum? Ubi eram quando tecum mente non eram? Jam ex hoc nunc, omnia desideria mea, incalescite et effluite in Dominum Jesum; currite, satis hactenus tardastis; properate quo pergitis; quaerite quem quaeritis. Jesu, qui non amat te anathema sit; qui te non amat amaritudine repleatur… O dulcis Jesu, te amet, in te delectetur, te admiretur omnis sensus bonus tuae conveniens laudi. Deux cordis mei et pars mea, Christe Jesu, deficiat cor meum spiritu suo, et vivas tu in me, et concalescat in spiritu meo vivus carbo amoris tui, et excrescat in ignem perfectum; ardeat jugiter in ara cordis mei, ferveat in medullis meis, flagret in absconditis animae meae; in die consummationis meae consummatus inveniar apud te. Amen.”

J’ai voulu mettre en latin cette admirable oraison de saint Augustin, afin que les personnes qui entendent le latin la disent tous les jours pour demander l’amour de Jésus que nous cherchons par la divine Marie.

[Nous sommes à Jésus-Christ et à Marie en qualité d’esclaves]

  1. Seconde vérité. – Il faut conclure de ce que Jésus-Christ est à notre égard, que nous ne sommes point à nous, comme dit l’Apôtre, mais tout entiers à lui, comme ses membres et ses esclaves qu’il a achetés infiniment cher, par le prix de tout son sang. Avant le baptême, nous étions au diable comme ses esclaves, et le baptême nous a rendus les véritables esclaves de Jésus-Christ, qui ne doivent vivre, travailler et mourir que pour fructifier pour ce Dieu Homme, le glorifier en notre corps et le faire régner en notre âme, parce que nous sommes sa conquête, son peuple acquis et son héritage. C’est pour la même raison que le Saint-Esprit nous compare: 1- à des arbres plantés le long des eaux de la grâce, dans le champ de l’Eglise, qui doivent donner leurs fruits en leur temps;

2- aux branches d’une vigne dont Jésus-Christ est le cep, qui  doivent rapporter de bons raisins;

3- à un troupeau dont Jésus-Christ est le pasteur, qui se doit multiplier et donner du lait;

4- à une bonne terre dont Dieu est le laboureur, et dans laquelle la semence se multiplie et rapporte au trentuple, soixantuple ou centuple. Jésus-Christ a donné sa malédiction au figuier infructueux, et porté condamnation  contre le serviteur inutile qui n’avait pas fait valoir son talent. Tout cela nous prouve que Jésus-Christ veut recevoir quelques fruits de nos chétives personnes, savoir: nos bonnes œuvres, parce que ces bonnes œuvres lui appartiennent uniquement: Creati in operibus bonis in Christo Jesu: Créés  dans les bonnes œuvres en Jésus-Christ. Lesquelles paroles du Saint-Esprit montrent et que Jésus-Christ est l’unique principe et doit être l’unique fin de toutes nos bonnes œuvres, et que nous le devons servir non seulement comme des serviteurs à gages, mais comme des esclaves d’amour. Je  m’explique.

  1. Il y a deux manières ici-bas d’appartenir à un autre et de dépendre de son autorité, savoir: la simple servitude et l’esclavage; ce qui fait que nous appelons un serviteur et un esclave. Par la servitude commune parmi les chrétiens, un homme s’engage à en servir un autre pendant un certain temps, moyennant un certain gage ou une telle récompense. Par l’esclavage, un homme est entièrement dépendant d’un autre pour toute sa vie, et doit servir son maître, sans en prétendre aucun gage ni récompense comme une de ses bêtes sur laquelle il a droit de vie et de mort.
  2. Il y a trois sortes d’esclavages: un esclavage de nature, un esclavage de contrainte et un esclavage de volonté. Toutes les créatures sont esclaves de Dieu en la première manière: Domini est terra et plenitudo ejus; les démons et les damnés en la seconde; les justes et les saints le sont en la troisième. L’esclavage de volonté est le plus parfait et le plus glorieux à Dieu, qui regarde le cœur, et qui demande le cœur, et qui s’appelle le Dieu du cœur, ou de la volonté amoureuse, parce que, par cet esclavage, on fait choix, par- dessus toutes choses, de Dieu et de son service, quand même la nature n’y obligerait pas.
  3. Il y a une totale différence entre un serviteur et un esclave:

1- Un serviteur ne donne pas tout ce qu’il est et tout ce qu’il possède et tout ce qu’il peut acquérir par autrui ou par soi-même, à son maître; mais l’esclave se donne tout entier, tout ce qu’il possède et tout ce qu’il peut acquérir, à son  maître, sans aucune exception.

2- Le serviteur exige des gages pour les services qu’il rend à son maître, mais l’esclave n’en peut rien exiger, quelque assiduité, quelque industrie, quelque force qu’il ait à travailler.

3- Le serviteur peut quitter son maître quand il voudra, ou du moins quand le temps de son service sera expiré; mais l’esclave n’est pas en droit de quitter son maître quand il voudra.

4- Le maître du serviteur n’a sur lui aucun droit de vie et de mort, en sorte que s’il le tuait, comme une de ses bêtes de charge, il commettrait un homicide injuste; mais le maître de l’esclave a, par les lois, droit de vie et de mort sur lui, en sorte qu’il peut le vendre à qui il voudra, ou le tuer,  comme, sans comparaison, il ferait [de] son cheval.

5- Enfin, le serviteur n’est que pour un temps au service d’un maître, et l’esclave pour toujours.

  1. Il n’y a rien parmi les hommes qui nous fasse plus appartenir à un autre que l’esclavage; il n’y a rien aussi parmi les chrétiens qui nous fasse plus absolument appartenir à Jésus-Christ et à sa sainte Mère que l’esclavage de volonté, selon l’exemple de Jésus-Christ même, qui a pris la forme d’esclave pour notre amour: Formam servi accipiens, et de la Sainte Vierge, qui s’est dite la servante et l’esclave du Seigneur. L’Apôtre s’appelle par honneur servus Christi. Les chrétiens sont appelés plusieurs fois dans l’Ecriture sainte servi Christi; lequel mot de servus, selon la remarque véritable qu’a faite un grand homme, ne signifiait autrefois qu’un esclave, parce qu’il n’y avait point encore de serviteurs comme ceux d’aujourd’hui, les maîtres n’étant servi que par des esclaves ou affranchis: ce que le Catéchisme du saint Concile de Trente, pour ne laisser aucun doute que nous  soyons esclaves de Jésus-Christ, exprime par un terme qui n’est point équivoque, en nous appelant mancipia Christi: esclave de Jésus-Christ. Cela posé:
  2. Je dis que nous devons être à Jésus-Christ et le servir, non seulement comme des serviteurs mercenaires, mais comme des esclaves amoureux, qui par un effet d’un grand amour, se donnent et se livrent à le servir en qualité d’esclaves, pour l’honneur seul de lui appartenir. Avant le baptême, nous étions esclaves du diable; le baptême nous a rendus esclaves de Jésus-Christ: ou il faut que les chrétiens soient esclaves du diable, ou esclaves de Jésus-Christ.
  3. Ce que je dis absolument de Jésus-Christ, je le dis relativement de la Sainte Vierge, que Jésus-Christ, ayant choisie pour compagne indissoluble de sa vie, de sa mort, de sa gloire et de sa puissance au ciel et sur la terre, lui a donné par grâce, relativement à sa Majesté, tous les mêmes droits et privilèges qu’il possède par nature: Quidquid Deo convenit per naturam, Mariae convenit per gratiam: Tout ce qui convient à Dieu par nature, convient à Marie par grâce, disent les saints; en sorte que, selon eux, n’ayant tous deux que la même volonté et la même puissance, ils ont tous deux les mêmes sujets, serviteurs et esclaves.
  4. On peut donc, suivant le sentiment des saints et de plusieurs grands hommes, se dire et se faire l’esclave amoureux de la Très Sainte Vierge, afin d’être par-là plus parfaitement esclave de Jésus-Christ. La Sainte Vierge est le moyen dont Notre-Seigneur s’est servi pour venir à nous; c’est aussi le moyen dont nous devons nous servir pour aller à lui, car elle n’est pas comme les autres créatures, auxquelles si nous nous attachions, elles pourraient plutôt nous éloigner de Dieu que de nous en approcher; mais la plus forte inclination de Marie est de nous unir à Jésus-Christ, son Fils, et la plus forte inclination du Fils est qu’on vienne à lui par sa sainte Mère; et c’est lui faire honneur et plaisir, comme ce serait faire honneur et plaisir à un roi si, pour devenir plus parfaitement son sujet et son esclave, on se faisait esclave de la reine. C’est pourquoi les saints Pères et saint Bonaventure après eux, disent que la Sainte Vierge est le chemin pour aller à Notre-Seigneur: Via veniendi ad Christum est appropinquare ad illam (In psalt. min.).
  5. De plus, si, comme j’ai dit, la Sainte Vierge est la Reine et souveraine du ciel et de la terre: Ecce imperio Dei omnia subjiciuntur et Virgo; ecce imperio Virginis omnia subjiciuntur et Deus, disent saint Anselme, saint Bernard, saint Bernardin, saint Bonaventure, n’a-t-elle pas autant de sujets et d’esclaves qu’il y a de créatures? N’est-il pas raisonnable que parmi tant d’esclaves de contrainte, il y en ait d’amour qui, par une bonne volonté, choisissent, en qualité d’esclaves, Marie pour leur souveraine? Quoi! les hommes et les démons auront leurs esclaves volontaires, et  Marie n’en aurait point? Quoi! Un roi tiendra à honneur que la reine, sa compagne, ait des esclaves sur qui elle ait droit de vie et de mort, parce que l’honneur et la puissance de l’un est l’honneur et la puissance et l’autre; et on [pourrait] croire [que] Notre-Seigneur qui, comme le meilleur de tous les fils, a fait part de toute sa puissance à sa sainte Mère, trouve mauvais qu’elle ait des esclaves? A-t-il moins de respect et d’amour pour sa Mère qu’Assuérus pour Esther et que Salomon pour Bethsabée? Qui oserait le dire et même le penser?
  6. Mais où est-ce que ma plume me conduit? Pourquoi est-ce que je m’arrête ici à prouver une chose si visible. Si on ne veut pas qu’on se dise esclave de la Sainte Vierge, qu’importe! Qu’on se fasse et qu’on se dise esclave de Jésus- Christ! C’est l’être de la Sainte Vierge, puisque Jésus-Christ est le fruit et la gloire de Marie. C’est ce qu’on fait parfaitement par la dévotion dont nous parlerons dans la suite.

 


Retour au module 3                                                                                          Aller au module 4 bis

 

Laisser un commentaire